Il y a 4 ans, un certain Maxime Payen entrait en seconde, option EPS,  au lycée des 7 Mares...

A l'époque, vainqueur des Pointes d'Or  (championnats de France  de quadrathlon minimes), il pratiquait l'athlétisme au club de St Quentin en Yvelines et au sein de l'association sportive du lycée.

Athlète au profil international, il devenait naturellement le capitaine de cette joyeuse bande de lycéens athlètes et remportait avec ses petits camarades deux titres de champions de France UNSS, en équipe lancers et un titre de vice-champion de France UNSS de relais 4x100m !

 

Mais, né dans une famille de rugbymens depuis plusieurs générations, les sirènes de l'ovalie l'ont fait tomber dans leur filet...

Licencié aussi au  club  de rugby d'Elancourt Maurepas (que son papa avait contribué à créer en 1982), il s'est bien vite distingué !

Normal.

Quand on saute 7 m en longueur , 2m en hauteur, quand on court le 100m en 11 secondes et qu'on peut lancer sans encombre un poids  de 5 kgs à plus de 15m et un disque à 51, on a quelques qualités physiques fort utiles pour jouer au rugby !!

Et c'est lors d'un test à Massy qu'il a été repéré par le Stade Toulousain... juste le plus grand club de rugby français !

Tout est alors allé très vite pour Maxime.

Parti à Toulouse à 17 ans,loin de sa famille de rugbymens, accueilli par un de ses oncles, il a foncé. Passant son bac ST2S en candidat libre, aidé par des "répétiteurs" du pôle espoir !

Ses qualités l'ont fait intégrer le groupe espoirs dès le passage en junior  (arrière ou parfois ailier) et l'équipe de France des moins de 20 ans par la même occasion (lors du tournoi des VI nations par exemple).

Parfois de retour sur Elancourt pour  " rentrer chez lui" , Maxime passe au stade Guy Boniface pour voir tous ses copains de l'athlé et du rugby. Il suit les performances des uns et des autres et les encourage à distance.

Son contrat pro chez les espoirs toulousains vient d'être prolongé jusqu'en 2014...

Samedi 31 mars 2012,  il était sur le banc des remplaçants de "la grande équipe" qui affrontait le Stade Français au Stade de France. Guy Novès, l'entraîneur (et ancien prof d'EPS !) mise beaucoup sur la jeunesse et les qualités de Maxime lorsque ses "tenors" sont indisponibles; mais il ne l'a pas  fait entrer cette fois...

"L'impatience est le meilleur moyen d'être déçu, alors je prends du recul" dit-il sagement... Et il n'a pas encore 20 ans !